Evolution du marché de l’emploi en Tunisie après la révolution

march-de-lemploi
0

Situation économique de la Tunisie après la révolution

La Tunisie a connu après la révolution de 2011 une situation économique instable avec retentissement sur le marché de l’emploi. En effet, le secteur du tourisme qui embauche 20 % des tunisiens a été remarquablement touché par le climat d’insécurité. Le secteur agricole et les industries non manufacturières ont marqué aussi une décroissance. Le taux d’inflation est en hausse. Les problèmes structurels entraînant un décalage entre l’offre et les performances disponibles ont, entre autres, aggravé le taux de chômage.

En outre, l’économie internationale a été marquée par une décélération mondiale en 2012, en plus de la dette publique en zone euro. Ce fait a entraîné une baisse importante de l’exportation tunisienne. Aussi, la précarité de la situation en Lybie avait une contribution de plus à cette dégradation.

Toutefois, actuellement en 2018, un certain nombre d’indicateurs sont favorables notamment avec la reprise du secteur touristique, les industries manufacturières et les exportations. Selon le journal « l’ECONOMISTE maghrébin », le taux de croissance a atteint 2.5 % au premier trimestre 2018.

Évolution du chômage et du marché de l’emploi après la révolution tunisienne

Selon l’INS (Institut National de Statistiques), le taux de chômage en Tunisie a atteint le pic de 18.3 % en 2011 (dont 29.2 % de diplômés), contre 13 % en 2010. Le nombre de chômeurs était de 700000, contre 500000 en 2010.

En 2012, on a noté une baisse notable atteignant 16.7 %, suivi d’une stabilisation relative (15.2 % en 2015). Au premier trimestre 2018 il est de 15.4 % contre 15.3 % au premier trimestre 2017.

La chute en 2011 était en rapport avec la fragilité des postes occupés et l’impossibilité de créer un nombre suffisants d’emplois. Selon le rapport de l’ONEQ (Observatoire National de l’Emploi et des Qualifications), on a noté une perte de 1376oo emplois avec une demande additionnelle d’emploi de près de 75400. Les problèmes économiques en cause sont dus au fléchissement du tourisme et des industries, les problèmes de sécurité, et l’instabilité politique.

En 2012, l’état a entamé des mesures d’intervention pour pallier au problème avec la création de 91800 emplois. La demande additionnelle d’emploi était de 78600. Le taux de chômage avait chuté à 16.7 %. Tout de même, la création de nouveaux postes au marché de l’emploi demeure insuffisante.

En effet, à part les difficultés économiques, on note une croissance démographique de 1 à 1.2 %. Le taux d’activité et de la demande additionnelle d’emploi sont augmentés. En conséquence, l’insuffisance en nombre de postes crées par rapport à la demande est aggravée. Par ailleurs, même avant la révolution, la frustration existait. On créait en moyenne 61000 emplois/an mais avec 81000 demandeurs annuels dont 70000 diplômés. Aussi, le facteur d’inadéquation entre la formation des candidats et l’offre contribue à cette insuffisance.

Laissez-nous un commentaire