Publier une offre

Quels sont les collègues les plus désagréables au bureau ?

Avoir une bonne relation avec ses collègues est essentiel pour que les professionnels puissent mener à bien leurs activités quotidiennes et maintenir une atmosphère agréable dans l’entreprise. Mais comment cohabiter avec un ou plusieurs collègues avec des caractéristiques déplaisantes?

En effet, plusieurs études montrent que le climat de travail a impact significatif sur la productivité individuelle et collective de l’équipe. Ainsi que les résultats commerciaux des entreprises.

Découvrez sans plus tarder les principaux types des collègues insupportables qui peuvent entraver votre performance au travail pour mieux les éviter ou les gérer :

Les types de collègues dont on se plaint le plus

Aucun travail ou occupation n’est identique. Mais les collègues difficiles ont tendance à se ressembler remarquablement. Ce comportement qui donne envie de lever les yeux au ciel ne mérite peut-être pas une plainte auprès des RH, mais il nuit à la performance et met tout le monde en colère.

Voici la liste des collègues les plus déplaisants au bureau :

Le voleur d’idées

Ce collègue subtilement ou pas s’attribue le mérite de son travail et demande souvent votre aide. Mais il ne rend jamais la pareille dans la même mesure. Les conseils pour faire face à ce type de comportement ? Arrêtez d’être si volontaire.

En effet, à moins que la personne ne soit votre patron, dites : « Je suis désolé, je suis trop occupé en ce moment ». Ensuite, attendez qu’ils remplissent leur part du marché avant de commencer à faire ce qu’on vous demande de faire. Et s’ils s’attribuent le mérite de quelque chose que vous avez écrit, décrivez tout ce que vous avez fait dans un e-mail avant de confier le travail à votre collègue. Vous aurez alors la preuve que les idées sont les vôtres.

Le communicateur émoussé

Ce collègue a le don d’envoyer des e-mails extrêmement directs (parfois en MAJUSCULES pour souligner l’urgence de ses demandes) et de communiquer souvent de manière à blesser ou à ennuyer les autres.

La recommandation est de leur parler en personne dans la mesure du possible. Car les e-mails, les messages texte et les conversations informatiques laissent beaucoup de place à des interprétations erronées. Et de nombreuses personnes oublient les subtilités d’une conversation normale. Si vous savez que vous parlez à un communicateur direct, préférez les interactions en face à face ou par téléphone.

Monsieur/Madame je sais tout

Les gens ont des expériences et des connaissances différentes. Mais même ainsi, il existe des professionnels qui disent à tout le monde tout ce qu’ils ont vécu ou savent faire.

Oubliant que la perception qu’a l’entreprise de l’employé peut faire une différence dans sa carrière. Car travailler avec enthousiasme et savoir quand partager vos expériences et vos connaissances vous donnera plus de crédibilité et de respect parmi vos collègues. De la sorte, ce type de collègue doit donner des conseils uniquement si on le lui demande.

Les fans des potins

Les potins sont une situation embarrassante dont personne, ou presque, ne peut être à l’abri. Malheureusement, il est courant d’avoir beaucoup de potins dans l’environnement de travail. Et plus le nombre d’employés est grand, pire c’est.

Le manque de leadership est l’un des principaux facteurs de cette situation. Et, par conséquent, les conversations parallèles peuvent affecter négativement le travail de l’équipe.

Le pessimiste

Les personnes pessimistes aspirent l’énergie de n’importe qui. En effet, entendre les lamentations d’un collègue de temps en temps fait partie du jeu. Mais personne ne peux le supporter tous les jours.

En outre, ceux qui ne sont pas motivés ne coopèrent pas avec les autres. Et ils peuvent générer une culture de désintégration. Ainsi, le climat négatif gêne tout professionnel, même pour ceux qui s’y engagent. De plus, cette attitude est contagieuse.

Le carriériste

Les conflits de carrière et la concurrence sont des ingrédients présents dans le monde du travail. Mais, ils ne peuvent pas dépasser les limites éthiques. En effet, pour entretenir une bonne relation avec les gens, il est essentiel de maintenir la qualité de vie et de générer une atmosphère conviviale. De la sorte, vous devez vous éloigner du carriériste. Car c’est bien de garder vos distances avec les gens qui peuvent vous utiliser comme une » échelle « pour gravir leur carrière. »

Celui qui parle et ne travaille pas

Les conversations et les échanges d’idées sont courants dans l’environnement de travail. Mais il n’y a aucune justification pour mettre de côté les obligations de simplement parler. En effet, les collègues qui parlent tout le temps sur le lieu de travail finissent par endommager l’ensemble de l’environnement. Générant des tensions et de l’inconfort pour ceux qui ont besoin de se concentrer.

Pour éviter cette situation, dites que vous êtes occupé et ignorez-le.

Le faux gentil

Malheureusement, il est encore courant de trouver des professionnels qui veulent « tirer le tapis » de leurs collègues pour obtenir de meilleurs résultats dans leur carrière. Ainsi, ce collègue fait semblant d’être gentil pour jouer dans le dos des autres.

Habituellement, c’est celui qui sourit tout le temps, vous appelle son meilleur ami et vous traite comme la personne la plus chère au monde. De plus, ce type de collègue passe tellement de temps préoccupé par le travail des autres qu’il n’a jamais le temps de faire ses propres tâches.

Par conséquent, c’est probablement le type le plus dangereux. Gardez donc une relation distante avec ce faux ami.

Pour traiter un collègue « déraisonnable », le professionnel doit garder ses distances. De plus, il peut avoir une conversation franche avec ce collègue. Et si cela ne fonctionne toujours pas, cela vaut la peine de faire appel à un supérieur hiérarchique plus élevé.

Ainsi, le dirigeant doit comprendre les causes de ce type de comportement afin de rechercher des solutions pour renforcent le climat d’une entreprise.

L’environnement de travail doit être calme, dans la mesure du possible. De la sorte, l’entreprise doit privilégier la bonne performance et la bonne exécution des activités. En évitant le stress causé par les attitudes de ces types d’employés.

  • Partager cette publication